Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia



La tempête Xynthia a ravagé les côtes atlantiques dans la nuit du 27 au 28 février 2010, touchant de plein fouet les départements de Charente-Maritime et de Vendée. Deux départements qui disposent d’une infrastructure de données géographiques (IDG), sans compter Geopal, le dispositif des Pays-de-la-Loire dont fait partie la Vendée. Comment ces trois IDG ont-elles été sollicitées et quel peut être leur rôle dans les premières heures qui suivent une crise aussi sévère ? Nous avons posé la question à quelques géomaticiens impliqués. La Rochelle Images SPOT 4 de la Rochelle : le 18 août 2009 à gauche, le 2 mars 2010 à droite (© SPOT Image)

Il ne s’agit pas ici de revenir sur les moyens géomatiques qui ont été mis en œuvre dans les organismes en charge de la crise liée à la tempête. Moins d’une semaine après le passage de Xynthia, il est encore bien trop tôt pour tenter de dresser un bilan des actions des services d’incendie et de secours ou des cellules de crise en préfecture, plutôt bien équipées. Nous avons simplement voulu savoir quel rôle les géomaticiens des IDG départementales et régionales avaient joué et comment ils avaient pu mobiliser leurs ressources.

Impuissance en Charente-Maritime

Premier constat, la situation est très différente entre la Charente-Maritime et la Vendée. Le syndicat Informatique 17 qui anime la géo-plateforme départementale a été lui-même victime de la tempête. Installé dans les locaux du conseil général, tout proche de la mer, il s’est retrouvé sans électricité, sans téléphone et sans informatique pendant plusieurs jours, le sous-sol du bâtiment ayant pris l’eau. Mercredi 3 mars, le téléphone n’était toujours pas rebranché et le service venait à peine de récupérer son accès interne au serveur géographique, Internet étant attendu pour le lendemain. Le SI 17 n’a pas été sollicité et ses permanents, même équipés de téléphones portables, n’ont pu que se contenter de suivre les informations dans les médias pour apprendre que des photographies aériennes et des vidéos auraient été prises. Ils ont également su que l’IGN s’engageait à mettre ses données à la disposition des acteurs publics. Bref, ils ont dû ronger leur frein en ayant un grand sentiment d’inutilité.”Nous disposons pourtant de quelques informations sur le littoral, notamment sur la zone de Marennes Oléron, qui nous sert de site pilote par rapport à notre projet de base de données sur l’érosion côtière et le risque de submersion, mais l’essentiel du travail reste à faire”, commente Emmanuel Jobin du SI 17. Il a fallu attendre le 4 mars pour que le SI 17 soit sollicité par le Conseil général pour définir une méthodologie d’évaluation des dégâts sur les infrastructures de protection contre la mer. Depuis, l’urgence de la constitution d’un véritable système d’information littoral semble avoir été comprise, et des crédits pourraient être dégagés rapidement.

Forte mobilisation en Vendée

En Vendée, la mobilisation a été toute différente. Dès le lundi 1er mars au matin, la chambre des métiers a envoyé son fichier des artisans afin que le service GéoVendée les géocode, complétant ainsi l’information sur les entreprises, élément important dans la première analyse financière de la crise. Côté Geopal, l’IDG régionale des Pays-de-la-Loire, la mobilisation a permis d’entamer les négociations, également dès le lundi, d’une licence multi-utilisateurs des images SPOT 4 qui ont été acquises le 2 mars et utilisées dans le cadre du programme GMES Safer afin de réaliser une première cartographie de la zone inondée (effectuée par le Sertit à Strasbourg). C’est le parc du Marais-Poitevin qui a assuré le financement. Les scènes ont été disponibles dès le jeudi, et Geopal a prévenu ses adhérents afin qu’ils puissent les télécharger directement depuis le site de Spot image. “Même si ces images sont très importantes, elles ne sont pas suffisantes pour une évaluation précise des zones inondées, car l’eau s’était déjà en partie retirée le mardi matin”, précise Christophe Nicolle, l’animateur de Geopal. C’est en partie pourquoi les géomaticiens de Geopal et de GéoVendée se sont aussi mobilisés pour accompagner les pompiers, GPS en main, afin d’effectuer un relevé précis des zones inondées. Christophe Nicolle est pompier volontaire ainsi qu’un des géomaticiens de GéoVendée, ce qui assure un lien étroit entre le service géomatique du SDIS de Vendée et les deux IDG. “J’ai fait un peu le tour de tous les géomaticiens disponibles pour nous aider, mais cette activation du réseau humain mériterait d’être mieux formalisée “, note l’animateur de Geopal. En effet, dans la semaine qui a suivi l’inondation, toutes les actions menées l’ont été spontanément, en dehors de toute hiérarchie ou mission officielle.

Les limites des interventions sur le terrain

L’intervention sur le terrain de moyens géomatiques au plus près de la crise est certainement souhaitable, mais elle a également ses limites comme le rappelle Christophe Nicolle : “Nous sommes face à une crise très brutale et sévère. Dans un premier temps, les moyens aériens doivent d’abord être mobilisés pour sauver les gens, pas pour prendre des photos. De même, il n’est pas question d’aller faire des relevés GPS quand des gens ont encore besoin d’une aide urgente pour évacuer l’eau”. Xynthia illustre ainsi l’importance de la constitution d‘informations à distance et de la mobilisation de données déjà existantes. Mais cette expérience montre également l’importance du réseau humain que représentent les IDG et la nécessaire reconnaissance dont elles doivent bénéficier, pour être “mobilisables” en cas de crise.



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée