" />
Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement



Nous avions prévu de vous proposer un dossier sur les problématiques de spatialisation liées au nouveau recensement de la population. Malheureusement, vous ne trouverez pas grand chose sur le sujet dans les pages qui suivent. Il est manifestement trop tôt pour en parler de façon précise, aussi, nous préférons attendre et reporter notre dossier de quelques mois. Mais cela ne nous empêche pas de situer le contexte.

groupe communes INSEE

C’est en 2004 que le nouveau recensement de la population a été effectivement lancé par l’INSEE, après des années de préparation minutieuse. Recensement dit "en continu", il remplace l’enquête exhaustive qui était menée tous les 8 ou 9 ans, par des enquêtes annuelles, effectuées par sondage. L’objectif est de fournir des informations plus "fraîches" et prenant en compte les nombreux changements qui peuvent se produire en 9 ans.

- Une mécanique complexe

La méthode utilisée par l’INSEE varie en fonction de la taille de la commune. Les communes de moins de 10 000 habitants font l’objet d’une enquête exhaustive tous les 5 ans. Dans chaque région, les communes sont réparties en 5 groupes homogènes (en termes de population totale et de grandes caractéristiques) mais dispersés géographiquement. Chaque année, l’enquête porte sur l’ensemble des communes d’un groupe. Puisque la moitié de la population vit dans des communes de moins de 10 000 habitants, ce sont 6 millions de personnes qui sont interrogées chaque année, soit environ 10 % de la population nationale. Dans les communes de plus de 10 000 habitants, les enquêtes sont menées annuellement par sondage, réalisé par tirage au sort des adresses du Répertoire des Immeubles Localisés (RIL). Dans ce cas, ce ne sont pas communes qui sont réparties en 5 groupes homogènes mais les immeubles de façon à couvrir tout le territoire communal. Chaque année, un sondage est effectué sur 40 % des logements d’un groupe, ce qui représente au total 8 % de la population communale. En 5 ans, tous les groupes auront fait l’objet d’une enquête sur la base du sondage et 20 % de la population des communes de plus de 10 000 habitants aura rencontré un enquêteur. Des mécanismes ont été mis en place par l’INSEE pour s’assurer que les sondages successifs effectués dans chaque groupe d’immeuble ne porteront pas toujours sur les mêmes individus. Au total, 8,5 millions de personnes seront recensées chaque année, soit environ 14 % de la population.

- Mais des produits encore flous

Cette mécanique complexe va permettre à l’INSEE, à partir de fin 2008 de proposer toute une série de produits spatialisés plus ou moins finement. Les données ne peuvent pas être disponibles avant, puisqu’il faut attendre un cycle de 5 ans avant de produire les premiers résultats. Ensuite, des résultats seront proposés chaque année. En attendant, à chacun de se débrouiller en réalisant des extrapolations. Les professionnels qui utilisent les données INSEE ne savent pas grand-chose des produits qui vont sortir. En effet, si le découpage des IRIS 2000 reste acquis, il pourrait subir quelques changements comme l’indique le Hors Série de l’INSEE baptisé "Pour comprendre le recensement de la population" (accessible surwww.insee.fr). "Le découpage de 1998-1999 en IRIS-2000 a été soumis à l’approbation de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), notamment en ce qui concerne les IRIS comptant moins de 2 000 habitants. La CNIL a accepté qu’un toilettage du découpage en IRIS intervienne en 2006 ou 2007 dans les communes où les informations issues des premières enquêtes de recensement montreront que le découpage de 1998-1999 n’est plus pertinent. Cela permettra de produire dans un découpage actualisé les résultats infracommunaux prévus à partir de fin 2008."

- Beaucoup de questions en suspens

Ce nouveau mode de recensement a de nombreuses implications en termes de spatialisation. Toutes ne sont pas simples à prendre en compte. Par exemple, le recours au sondage ne risque-t-il pas d’agir sur la précision de certaines données qui caractérisent la population ? (CSP, âges, conditions de logement…). Tous les tableaux que les utilisateurs ont connus par le passé seront-ils disponibles et mis à jour chaque année ? Se pose également la question du millésime des résultats. Les premiers résultats publiés en 2008 prendront en compte les données recueillies pendant 5 ans. Pour la plupart des communes, les données devront être extrapolées (vers le passé ou vers l’avenir) pour représenter une année "moyenne", 2006.

L’INSEE est parfaitement conscient de ces interrogations, comme le montre le chapitre sur les produits du recensement : "Le détail d’information à la fois utile et fiable au niveau infracommunal mérite réflexion. Les tableaux des recensements généraux de la population offraient un grand détail de données au niveau de l’IRIS et même de l’îlot. Principalement utilisés pour la recomposition de territoires plus vastes, ils n’en conduisaient pas moins certains utilisateurs à être abusés par l’illusion de précision d’un nombre absolu et à s’en servir à des niveaux géographiques très fins. Or, même exhaustif, le recensement n’était pas « parfait » et pouvait souffrir de certaines incertitudes, tant en ce qui concerne le dénombrement de la population que, plus encore, la déclaration précise de ses caractéristiques. De plus, la stabilité temporelle de données n’est naturellement pas assurée au fil des ans sur des groupes de petit effectif et donc très sensibles aux comportements individuels." (page 21 chapitre D). Certains produits et leur échelle de diffusion sont encore à l’étude. Si l’INSEE rencontre régulièrement ses utilisateurs, ils devront rester encore quelques mois dans le flou, pendant que des tests techniques se poursuivent.

Laissons les auteurs de ce Hors-Série sur le recensement conclure cette absence de dossier  :"Le système produira chaque année une information abondante à partir de 2009 mais, d’ici là, le nouveau recensement peut apparaître comme une machine absorbant énormément d’informations individuelles et ne restituant que peu de statistiques." (Page 36, chapitre D) Dès que nous en saurons plus, nous ouvrirons le dossier pour que les géomaticiens puissent se préparer au plus tôt à une exploitation optimale des résultats du recensement.



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée