Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

OSM met la gomme



Derrière cette carte Michelin tout à fait classique se cache une petite révolution. En effet, pour la première fois, la firme de pneumatiques a utilisé un fond OpenStreetMap (OSM) pour réaliser ce plan de Clermont-Ferrand. Une première qui demande quelques explications.

Au jeu des sept différences entre la toute nouvelle carte de Clermont-Ferrand éditée par Michelin et un autre plan de ville de la même firme, vous ne gagnerez pas. La facture, le style, les couleurs, tout porte la signature de la marque au Bibendum. Mais derrière, une chaîne de production inédite a été mise en place, basée sur OSM, et non sur les fonds "maison" ou les autres bases qu’utilise traditionnellement Michelin (Tele Atlas par exemple).

OSM : Une bonne base

« Nous avons voulu faire un test en vraie grandeur, voir si OSM pouvait nous aider à produire des plans sur des zones que l’on ne traite pas à grande échelle » explique Philippe Sablayrolles, responsable de la production cartographique chez Michelin TravelPartner. Il faut dire que le projet collaboratif avait au moins un fervent partisan dans l’équipe Michelin, en la personne de Vincent de Château-Thierry, ingénieur innovation et contributeur OSM. Michelin ne s’est pas contenté d’aspirer les données OSM pour produire sa carte, loin de là. « Nous avons choisi de jouer pleinement le jeu du collaboratif  » précise Philippe Sablayrolles. Dans un premier temps, un audit a été effectué. « Tout de suite, nous avons pu constater la bonne qualité du plan OSM, même s’il n’était pas assez complet pour servir de base à un plan Michelin » détaille Vincent de Château-Thierry. Quelques rues manquantes, de nombreux noms de rues absents, des types de voies et des restrictions de circulation incomplets... Impossible de l’utiliser en l’état.

Des compléments indispensables

L’équipe a donc décidé de compléter la base et a envoyé une personne sur le terrain à vélo pendant cinq jours pour prendre quelque 180 000 photos géolocalisées. Ces photos, ainsi que les fonds Bing Maps et le cadastre ont ensuite permis d’enrichir OSM, avec les outils mis à la disposition des contributeurs. Une fois la base dûment enrichie, une extraction a été réalisée. Cette base a ensuite été transformée pour entrer dans la chaîne de production cartographique de Michelin : reconstitution des entités, des couches SIG, etc. « Cela a demandé pas mal de travail, reconnaît Vincent de Château-Thierry, car la structuration OSM est très éloignée de notre monde, et les contributeurs ont une grande liberté dans leur interprétation des tags. » Elle a enfin été intégrée dans la chaîne cartographique habituelle pour produire le plan finalisé.

« C’est une expérimentation très positive. Nous avons été impressionnés par la base que nous avons pu évaluer sur une ville dont nous maîtrisons la documentation. Mais cela ne veut pas dire que nous allons systématiser ce mode de fonctionnement. Il s’agit vraiment d’un prototype, réalisé sur une ville emblématique pour notre groupe » conclut Philippe Sablayrolles. Il est vrai que si Michelin réalise de nombreux plans de ville pour ses guides, elle publie peu de plans vendus en tant que tels. Mais quand les sociétés privées alimentent OSM pour produire leurs propres produits commerciaux, la frontière classique entre les mondes concurrentiel et collaboratif glisse sérieusement, même avec de bons pneus.

- Présentation de la démarche sur le blog de Vincent de Château-Thierry



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée