Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?



Le 18 octobre dernier, l’INSEE a présenté le nouveau zonage en aires urbaines de la France. Prenant en compte la morphologie urbaine, la population et les déplacements domicile travail millésimés 2008, il montre une progression de l’influence des villes, qui s’étend vers les communes rurales. En même temps, la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (DATAR) ose la prospective.

Les nouvelles aires urbaines présentées sur le portail de la DATAR en utilisant la technologie GeoClip.

95 % de la population sous influence urbaine

La définition des 792 aires urbaines s’appuie à la fois sur des pôles, villes concentrant au moins 1 500 emplois, et leurs couronnes qui sont « les communes ou unités urbaines dont au moins 40 % des actifs résidents travaillent dans le pôle ou dans les communes, attirées par celui-ci selon un processus itératif ». Pour cette nouvelle édition du zonage, qui n’avait pas été révisé depuis 2001, l’INSEE a différencié trois types de pôles urbains : les grands (10 000 emplois), les moyens (de 5 000 à 10 000) et les petits pôles (de 1 500 à 5 000). L’ensemble des pôles et de leurs couronnes concentrent désormais 85 % de la population. Mais ajoutez-y les 11 000 communes dites multipolarisées, dont 40 % des actifs travaillent dans des aires urbaines sans que l’une prédomine, et vous rassemblez désormais 95 % de la population française. Ce nouveau zonage ne distingue plus l’espace à dominante rurale de celui à dominante urbaine et la moitié des communes des couronnes sont rurales selon la définition de l’INSEE. À l’inverse, les 7 400 communes isolées qui ne sont pas sous l’influence des pôles urbains, ne sont pas toutes rurales. « La périurbanisation se poursuit. Les emplois se concentrent davantage dans les grands pôles urbains, alors que de nombreux ménages font le choix de s’en éloigner », note Jean-Michel Floch et David Lévy de l’INSEE dans INSEE Première. Ainsi, l’influence de la ville et de ses modes de vie s’étend en France et la notion même de ruralité a besoin d’être revisitée.

Fin des campagnes et du rural ?

Ce nouveau zonage, élaboré dans le cadre d’un groupe de travail interministériel, est proposé alors que la DATAR présente les résultats des quelque trois cents experts qu’elle a fait plancher dans le cadre de « Territoires 2040 », un exercice de prospective à long terme. Différents groupes ont analysé sept grands systèmes spatiaux dont les métropoles, les villes intermédiaires et les espaces « à faible densité  ». L’utilisation du terme « rural » est désormais à prendre avec précaution, car la ruralité n’est « qu’une construction politique du XIXe siècle pour trouver une place à la société agrarienne dans la société industrielle dominante », expliquait Martin Vanier, géographe à l’institut de géographie alpine de Grenoble, lors du séminaire de restitution sur les espaces « à faible densité ». Quant au terme de campagne, il semble même banni du vocabulaire des géographes. Le groupe de travail a proposé cinq scénarios baptisés « les archipels communautaires », « les plateformes productives », « la faible densité absorbée », « le canevas territorial des systèmes entreprenants » et « l’avant-scène des villes ». Si aucun de ces scénarios n’est ni souhaitable ni possible dans sa forme pure, les histoires possibles qu’ils décrivent devraient inspirer l’action publique afin que ces espaces ne se limitent pas à une inscription en creux dans une géographie largement dominée par le fait urbain.

Pour en savoir plus :
- Les nouvelles aires urbaines : deux numéros d’INSEE Première (n° 1374 et 1375) accessibles sur le site de l’INSEE (http://www.insee.fr)
- Mission « Territoires 2040 » sur le site de la DATAR : http://territoires.gouv.fr



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée