Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

La relance en cartes et plans



Le plan de relance comporte une dimension géographique importante. Nombreux sont les projets liés à l’aménagement et ayant une assise territoriale. D’ailleurs, le ministère de la relance suit de près l’équilibre géographique de son plan. Le site Internet utilise également l’entrée géographique pour présenter les projets grâce à Google Maps, au risque de choquer les défenseurs du Géoportail.

Il faudrait prendre le temps de décortiquer chacun des mille projets du plan de relance pour évaluer leur part d’information géographique. En activant des projets programmés initialement à plus longue échéance ou suspendus par manque de budget, il donne certainement un coup de pouce important à l’aménagement du territoire à travers, notamment, de nombreuses opérations de rénovation urbaine, de renouvellement et de création d’infrastructures. Une aubaine à saisir pour les acteurs de l’information géographique, ses PME et ses institutions.

Un suivi géographique au plus près

C’est Viziago, une filiale du groupe Edater, qui a conçu l’outil de suivi et de pilotage interne du plan de relance. Même si l’outil dont disposent désormais environ 400 personnes (préfets, secrétaires généraux aux affaires territoriales, personnels des ministères) en extranet se présente sous forme de tableaux de bords et d’alertes, l’architecture technique qui permet de suivre en détail la réalisation des projets et les engagements financiers est complexe dans la mesure où elle fait appel à plusieurs infocentres. "Une des originalités de cet outil de pilotage tient à un accès au niveau de chaque région permettant ainsi une vision partagée de l’avancement du plan" se félicite Philippe Miellet, directeur associé de Viziago.

Le "loupé" du Géoportail

Même si la géographie du plan est suivie de près, il y a une institution (et pas des moindres) qui a manifestement raté le coche de la relance ! En effet, le site Internet (www.relance.gouv.fr), développé par l’agence W&Cie (qui n’a rien à voir avec l’outil interne), affiche une interface cartographique bien utile pour localiser les projets territorialisés… sous Google Maps. Alors que plusieurs ministres avaient lancé en grande pompe notre Géoportail national, le nouveau ministre de la Relance a préféré faire appel aux API de Google pour enrichir son site.

www.relance.gouv.fr

"Nous avions deux mois pour mettre le site en ligne en partant de rien" explique Mathilde Scellier, chargée de mission Internet auprès du cabinet du ministre, "nous n’avons pas pu prendre le risque d’utiliser une solution que nous ne connaissions pas". L’agence W&Cie ayant déjà travaillé avec Google Maps, qui répondait parfaitement aux besoins du ministère, a préféré s’en tenir là, et la question de l’utilisation possible du Géoportail a à peine été évoquée. "Nous avons découvert cette interface en même temps que tous les internautes" explique l’un des membres de l’équipe Géoportail à l’IGN.

Il serait trop facile de se poser en donneur de leçons quand on n’a pas un site à développer en quelques semaines ! Mais ce "loupé" montre bien que le Géoportail ne sera jamais un concurrent de Google, même s’il a bien été présenté en ces termes à plusieurs reprises par l’IGN. Google Maps est l’interface cartographique la plus connue des développeurs et du grand public. Le ministère n’a pas déboursé un centime pour utiliser les API, n’a pas eu besoin de signer de protocole… et il a disposé d’un outil fiable, efficace et disposant d’un fond avec les noms de rues. Avec une politique commerciale encore floue et des API toujours en version "bêta"… l’IGN ne peut que passer à côté de ce genre d’initiatives !

Françoise de Blomac



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée