Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?



galileo (doc ESA) Les temps sont décidemment difficiles pour Galileo ! Le groupement d’entreprises censé assurer la fabrication et la concession du système rechigne à financer le projet. Manifestement, notre beau partenariat public/privé bat de l’aile. Du coup, la commission européenne tape du poing sur la table pour tenter de relancer la machine. Avec désormais près de 5 ans de retard, Galileo est-il toujours d’actualité ? La question se doit d’être posée, surtout que ses concurrents prennent de la vigueur. Des expériences innovantes sont menées avec le GPS, les Russes ont décidé de relancer Glonass et les Chinois semblent plus que jamais décidés à être de la partie.

Depuis son lancement, Galileo souffre de nombreuses difficultés. Il y a d’abord eu les dissensions politiques. Les Etats membres pro-américains se seraient bien contentés du GPS. Ils se sont rapidement opposés à ceux pour qui l’indépendance européenne était non négociable. Il y a également eu les menaces américaines sur les fréquences. Puis, chaque pays (au moins ceux représentés dans le consortium) a souhaité disposer d’une installation liée au projet, histoire d’être sûr de bénéficier de la dynamique industrielle induite et d’assurer son leadership industriel. Dernièrement, c’est l’Espagne qui a freiné le projet en réclamant un centre de contrôle. Mentionnons également les difficultés à l’intérieur même du consortium qui regroupe des entreprises très concurrentes et qui n’a toujours pas réussi à se doter d’un directeur. De fil en aguille, alors que le programme devait être opérationnel fin 2008, on parle désormais de 2012. Et la situation ne va pas en s’améliorant.

Un partenariat public/privé trop hypothétique

Ainsi, la Commission Européenne a attendu en vain le projet de contrat de concession de l’entreprise commune le 10 mai dernier. Le groupement d’entreprises qui rassemble EADS, Thales, Alcatel, Immasat, Finnemeccanica, Hispasat, Aena et TeleOp n’a pas réussi à se mettre d’accord sur une proposition et refuse finalement de financer un projet dont le retour sur investissement n’est pas sûr. Pour sauver le projet, Jacques Barrot, le commissaire européen aux transports n’hésite à pointer du doigt les dysfonctionnements dans une communication publiée le 16 mai et soutenue par un document de travail de la Commission. Plusieurs scénarios y sont proposés pour sortir de la crise, notamment l’abandon du fameux partenariat public/privé, qui ne convient manifestement pas aux industriels concernés. Mais changer de mode de financement a plusieurs conséquences. Si l’hypothèse d’un financement entièrement public des infrastructures (comme cela s’est toujours fait) est retenue et si le calendrier reste serré malgré les retards accumulés, ce sont 2,4 milliards d’euros d’argent public qu’il va falloir mobiliser, à trouver dans les fonds européens ou chez les pays membres. Ces derniers (aujourd’hui 27) seront-ils plus collaboratifs que les entreprises qui les représentent dans le consortium actuel ? Rien n’est moins sûr. Il faudra également casser le contrat avec le consortium pour lancer de nouveaux appels d’offres sur les différents éléments de l’infrastructure. On imagine assez bien que les EADS, Alcatel, Thales et autres, ne vont pas laisser le projet leur échapper si facilement, sans parler du temps nécessaire pour mettre en place ce nouveau dispositif. Enfin, les militaires sont parmi les institutions publiques a priori partantes pour financer Galileo, ce qui pourrait énerver certains pays qui tiennent particulièrement au pilotage civil de Galileo.

Une politique spatiale qui prône la coopération renforcée

Le Conseil de l’Espace du 22 mai, qui rassemble les ministres en charge des affaires spatiales et les représentants des Etats-membres au conseil de l’ESA, a t-il cherché à préparer le terrain ? Une résolution sur la politique européenne de l’Espace y a été signée, qui insiste sur l’indispensable collaboration entre les applications civiles et militaires du spatial de demain. La résolution reste cependant très discrète sur Galileo et met en avant GMES. « GMES est bien plus important que Galileo » a expliqué le vice président de la commission, Günter Verheugen « dans la mesure où il offre un grand nombre de services, alors que Galileo ne sait faire qu’une chose – vous aider à naviguer, c’est tout ». La résolution mentionne également le développement des coopérations internationales en dehors de l’Europe. Il faut dire qu’il y a certainement urgence, par exemple du côté de l’Asie, qui dispose d’un strapontin dans le projet Galileo (notamment la Chine qui a investi 200 millions d’euros dans un centre de recherche). En lançant en février le quatrième satellite de son propre réseau de navigation par satellite Beidou (aussi appelé Compass), la Chine semble bien décidée à disposer rapidement d’un système couvrant au minimum son territoire. Malheureusement, le lancement n’a pas été une totale réussite. Le satellite a semble-t-il eu du mal à déployer ses panneaux solaires et un communiqué de Chinaview du 11 avril mentionne la réparation d’une défaillance « après 60 jours de dur labeur » sur le satellite.

La concurrence fait rage

La Chine n’est pas la seule à s’éveiller ! Les russes réactivent actuellement Glonass, initié en même temps que le GPS américain. Ainsi, après des déclarations très officielles en fin d’année dernière, Vladimir Poutine a signé le 18 mai un décret stipulant que les services Glonass seraient gratuits pour tous les usagers. Le président a chargé l’agence spatiale russe de mettre le paquet pour que Glonass, progressivement tombé en désuétude par manque de crédit, soit pleinement opérationnel en 2008. Alors que seuls 7 satellites sont aujourd’hui opérationnels, il est prévu que 18 soient en orbite dès le début de l’année 2008 et que les 24 satellites formant la constellation complète soient opérationnels avant la fin de l’année 2009. Signal gratuit, d’une qualité irréprochable et rapidement disponible sont autant d’arguments lancés à la face du GPS et de Galileo. Ce qui n’empêche pas le pays de participer aux accords internationaux afin d’assurer la compatibilité des récepteurs et d’accélérer la mise en place d’un système mondial rassemblant le GPS, Glonass, Galileo et Compass, en attendant de nouveaux venus.

N’enterrons pas le GPS

Les américains ne restent pas inactifs face aux velléités d’indépendance des grands blocs géostratégiques. Un plan de modernisation du GPS est en marche et plusieurs expériences prouvent la capacité d’évolution du système. Citons par exemple le premier atterrissage d’un avion de ligne par guidage GPS, qui s’est effectué en décembre dernier sur l’aéroport de Sydney en Australie (pays qui a signé un accord sur la nécessaire collaboration avec les Etats-Unis pour le développement du GPS). Grâce à un assemblage de composants développé par Boeing, Honeywell et AirServices Australia, un système d’atterrissage par GPS a pu être testé, bien plus performant que les systèmes d’assistance actuels. Le GLS (GPS Land System) s’appuie sur une station de contrôle située sur l’aéroport qui assure les liaisons entre l’appareil et les satellites. GPS-WIFI Dans un autre domaine, SIRF (un géant de la construction de puces GPS) s’est associé avec Skyhook Wireless pour proposer la première puce associant un GPS et un capteur WiFi. Proposée aux opérateurs téléphoniques lors du dernier salon 3GSM de Barcelone, cette puce permet d’assurer une continuité dans la localisation entre les zones couvertes par le GPS et celles couvertes par un réseau WiFi. Le rêve de la géolocalisation, sans interruption entre l’intérieur et l’extérieur des bâtiments, devient ainsi réalité.

Alors que le marché grand public des assistants de navigation explose, que les applications professionnelles s’affinent et deviennent de plus en plus exigeantes, l’accès à une constellation de satellites de navigation devient un enjeu stratégique, tant d’un point de vue politique qu’industriel. Pour de multiples raisons, l’Union Européenne patine dans la mise en place de sa constellation et risque fort de rater un rendez-vous essentiel avec le marché. Une décision sur l’avenir de Galileo devait être prise au conseil européen des ministres des transports les 7 et 8 juin. Si les ministres sont d’accord sur le principe d’un financement public complémentaire, ils ont demandé à la Commission de leur faire des propositions qui seront évaluées début octobre... Ils s’engagent à statuer alors définitivement sur la suite du programme.

- Jacques Dordain, directeur général de l’ESA et Valérie Pecresse, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, en charge du secteur spatial, au Conseil de l’Espace du 22 mai



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée