Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Novembre 2010 : INSPIRE transposée



La France a choisit de compléter son code de l’environnement pour transposer la directive INSPIRE. Une dizaine d’articles définit les conditions de diffusion des métadonnées et données concernées par la directive sous forme de services interopérables. Globalement, ce sont les mêmes principes que ceux de la directive sur la réutilisation des données publiques qui sont retenus (loi CADA), limitant ainsi les incohérences possibles entre les différents droits qui régissent la diffusion des données publiques.

Partagez et mutualisez

À quelques restrictions près, les autorités publiques (collectivités, État ou organismes agissant en leur nom dans le cadre de missions de service public) se doivent de diffuser leurs métadonnées et données géographiques à portée environnementale : « Toute restriction susceptible de créer des obstacles pratiques, au point d’utilisation, à l’accès et au partage de ces séries et services de données géographiques entre autorités publiques est prohibée  ». Il peut certes y avoir paiement d’une redevance (dont les modalités seront fixées par décret), mais le montant devra être justifié. Cette obligation de diffusion concerne également les autorités européennes et les autres États membres de l’Union. Sont par contre exclues les données constituées dans le cadre d’une mission « à caractère industriel et commercial ».

Croissez et multipliez

L’État a la charge de mettre en place les services nécessaires (géocatalogue, portail INSPIRE) afin que les autorités publiques y intègrent leurs ressources. Mais les services INSPIRE seront également accessibles à « des tiers » dans la mesure où les métadonnées, données et services concernés seront conformes à la directive (dans le bon format) et ne coûteront pas trop cher à intégrer. Ainsi, des entreprises privées vont pouvoir exposer leurs ressources sur le géocatalogue et le portail INSPIRE. À terme, plusieurs jeux de données portant sur un même thème pourront être accessibles, venant de sources officielles (les autorités publiques), de sources commerciales et, pourquoi pas, de sources collaboratives. En effet, à l’heure où l’écologie devient un devoir citoyen, ne peut-on imaginer un Open Environnement Map à la manière d’Open Street Map ?

Au chapitre 6 des dispositions diverses, l’ordonnance rappelle que « En matière de découpage parcellaire et de représentation du bâti, le plan cadastral est la donnée de référence ». La phrase tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, mais elle reprend mot pour mot l’article 110 de la loi Warsmann. La mention est importante puisque le plan parcellaire et les adresses sont les référentiels permettant de localiser les données environnementales. S’ensuivent deux paragraphes qui reconnaissent le caractère de « données personnelles » des adresses et du découpage parcellaire, mais autorisent les autorités publiques à les diffuser et renvoient vers un futur décret, pour en fixer les détails, qui sera « pris après avis de la Commission nationale de l’informatique et des libertés ».

Au total, quatre décrets viendront compléter l’ordonnance : outre les deux mentionnés ici, un troisième fixera les modalités de la mise à disposition, et le quatrième fixera les missions du Conseil national de l’information géographique (CNIG). Ce dernier devrait être publié très prochainement (peut-être l’est-il à l’heure de la publication de cet article), sauf changement de calendrier lié au remaniement ministériel.

- Pour en savoir plus et lire le texte de l’ordonnance, le blog INSPIRE by clouds, tenu par Marc Leobet : http://georezo.net/blog/inspire



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée