Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Galileo : des chiffres qui laissent rêveur



Même si la bonne humeur est de rigueur et que tout semble enfin aller pour le mieux dans la poursuite du programme Galileo, les retards accumulés depuis des années risquent de peser très lourd sur le succès de Galileo. Galileo applis (Doc ESA)

Officiellement, Galileo sera pleinement opérationnel en 2013 et coûtera 3,4 milliards d’euros à l’Union européenne. D’autres chiffres tout aussi impressionnants peuvent être mentionnés : 100 000 emplois créés, 10 millions d’euros par an de revenus pour les services proposés… Seulement voilà, les raisons d’être sceptiques sont nombreuses.

-  2013 ? Pas si sûr…

Les Américains ont lancé le premier satellite test du programme GPS en 1978. C’est l’équivalent de notre Giove-A, le premier satellite destiné principalement à occuper la fréquence allouée. La phase de validation en orbite ne fut achevée qu’en février 1989 après avoir lancé dix autres satellites d’expérimentation. Mais la constellation ne fut déclarée pleinement opérationnelle qu’en 1995. Il aura donc fallu dix-sept ans pour mettre au point le GPS, sans compter les années qui ont précédé les premiers lancements. Les techniques ont certes progressé depuis les années quatre-vingts, mais l’Europe entend atteindre la pleine opérationnalité de sa constellation en huit ans puisque Giove-A a été lancé fin 2005. Cette mise en place au pas de charge peut sembler irréaliste, d’autant que les retards et les hésitations continuent à s’accumuler. Ainsi, la question du lanceur ne semble pas complètement résolue, même si l’agence spatiale européenne (ESA), maître d’œuvre du déploiement de la constellation, a signé un contrat en juin avec Arianespace pour le lancement des quatre satellites de tests qui vont permettre la validation en orbite du système (IOV) prévue en 2010. C’est le lanceur Soyouz-2lb qui a été sélectionné, mais ce dernier est lui aussi en retard et Arianespace milite également pour l’utilisation de son propre lanceur Ariane-5-ES. Mêmes hésitations du côté de la construction des satellites. Aujourd’hui le groupement mené par EADS Astrium GmbH et celui mené par OHB-Systems/SSTL (Surrey Satellite Technology Ltd) sont en lice pour assurer la construction des satellites. Chacun vient d’ailleurs de recevoir quelques millions d’euros (7 pour le premier et 10 pour le second) pour travailler sur certains éléments clés dont les développements prennent beaucoup de temps. Ces contrats sont sans doute le signe que l’Europe a du mal à arrêter sa stratégie en la matière. Soit elle confie la construction de tous les satellites au même contractant, ce qui permettra certainement de faire des économies mais risque de limiter les possibilités d’évolution technique des satellites et va lier l’ESA à un fournisseur unique. Soit elle partage le gâteau entre les deux groupements, ce qui va coûter plus cher. Soit, encore, elle partage seulement une partie du gâteau entre les deux contractants et attend quelques années avant de lancer l’appel d’offres des derniers satellites, afin de pouvoir intégrer d’éventuelles innovations techniques. Comme toujours, ces hésitations, même si elles sont compréhensibles, pèsent sur les calendriers.

- 3,4 milliards d’euros ? Encore moins sûr

Après avoir renoncé à faire appel à un partenariat public/privé, l’Europe assure seule depuis 2007 le financement du projet. « Le budget de Galileo est sous une pression énorme, explique Peter de Selding, journaliste à SpaceNews. Le système de validation en orbite et le segment sol qui sont déjà commandés coûtent plus cher que prévu. L’Europe se rend compte également que les problèmes de sécurisation du signal coûtent très cher. » Les industriels ont déjà dépassé le budget de 400 millions d’euros pour la validation en orbite, ce qui a épuisé toutes les réserves budgétaires sur la période 2007-2013. Les règles de l’Union européenne (faire travailler les industriels à la hauteur des investissements des Etats membres, ne laisser aucune entreprise assurer plus de 40 % d’un lot) ne favorisent pas non plus les économies d’échelle. Au nom de l’équilibre des pays, l’Espagne a par exemple obtenu un troisième centre de contrôle au sol qui n’était pas techniquement nécessaire. Aucune rallonge du budget ne pourra être votée avant 2013, mais la constellation sera-t-elle achevée ? Une nouvelle note risque fort d’attendre les députés européens pour boucler le programme. D’autant plus qu’il va également falloir prévoir des budgets de maintenance et d’évolution pour que la constellation devienne pérenne.

- 100 000 emplois, 10 millions de revenu par an… à voir

Enfin, les retards accumulés pèsent sur la pertinence économique du projet. Galileo a, de fait, raté le boom des assistants de navigation et sera opérationnel quand le marché sera déjà fortement saturé. « Les téléphones portables pourront-ils continuer à intégrer puces et antennes de toutes sortes ? Aurons-nous réellement besoin des quelque 70 à 80 satellites qui risquent d’envahir le ciel en 2013 ? », se demande Peter de Selding. Car il ne faut pas oublier que la concurrence est rude. Du côté des systèmes mondiaux, Galileo devra compter avec le GPS, Glonass et Compass. Le premier est en pleine rénovation, la constellation de troisième génération est annoncée pour 2015. Glonass renaît de ses cendres avec une belle vigueur et devrait aligner ses 24 satellites dès l’an prochain. Le gouvernement chinois annonce qu’il veut aller vite pour boucler son programme Compass. Il y aura également des systèmes à vocation plus régionale en Inde et au Japon tandis qu’Egnos et WAAS seront eux aussi pleinement opérationnels et fiabiliseront le signal sur l’Europe et les Etats-Unis.

L’Europe risque-t-elle de renoncer à Galileo ? « Non, ce serait vraiment étonnant car l’Europe est déjà allée très loin en termes de financements », estime Peter de Selding, mais elle risque de devoir assumer la pérennité du système sur des fonds publics si les résultats commerciaux ne sont pas au rendez-vous. Certes, elle aura appris au passage à gérer un grand projet technique et assurera une indépendance stratégique vis-à-vis des autres grandes puissances. Mais à quel prix ?



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée