Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !



Le 1er avril, l’Ordnance Survey a ouvert son service OS OpenData, fruit de la politique gouvernementale destinée à rendre les données publiques au public (« make public data public »). Ce site permet de consulter, de télécharger ou d’inclure gratuitement certaines données de l’institut britannique dans des sites Web. Seules celles à moyenne et petite échelle sont incluses. Certains éditeurs ne sont pas enthousiastes.

Ils l’avaient annoncé, ils l’ont fait ! Le nouveau site de l’Ordnance Survey, OS OpenData, permet d’accéder librement à plusieurs jeux de données produits par l’institut de cartographie national : les découpages administratifs, l’équivalent de notre BD Carto, les rasters à petite et moyenne échelle, les index des noms de rues et des toponymes visibles sur les cartes au 1/50 000... Si l’initiative est saluée comme un exemple par beaucoup, elle inquiète certains éditeurs qui avaient répondu à la consultation officielle, sans doute largement « bidon » compte tenu des délais entre les réponses (17 mars) et la mise en ligne effective (1er avril).

OS Open Data www.ordnancesurvey.co.uk/oswebsite/opendata/. On remarquera une interface des plus simples sur la partie visualisation, où aucune échelle n’est mentionnée. Si vous zoomez en pleine campagne, le résultat est assez pauvre !

Privilégier les données à grande échelle

Pour comprendre les réserves exprimées par les quatre plus grands éditeurs présents sur le sol britannique (1Spatial, Cadcorp, ESRI et Intergraph), il faut rappeler que l’Ordnance Survey est depuis plusieurs années un trading fund, c’est à dire un établissement de l’État qui doit entièrement s’autofinancer. À leurs yeux, la perte de revenus induite par la gratuité impliquera forcément une hausse des tarifs sur les autres données, celles à grande échelle, déjà jugées trop chères, et qui sont les plus utilisées par les collectivités, organismes publics et grandes entreprises privées. Plutôt que de rendre gratuites des données qui sont également proposées par d’autres acteurs privés à des coûts très raisonnables, voire gratuitement (Open Street Map n’est pas cité dans la lettre commune mais pointé du doigt dans la réponse d’ESRI UK), ce sont ces données à grande échelle que les ténors britanniques du SIG veulent rendre plus accessibles. Inefficace d’un point de vue économique, ils craignent également que cette réforme ne lance l’Ordnance Survey dans de nouveaux marchés, en pleine concurrence avec un secteur privé qui souffre déjà de la crise (mais là, nous lisons entre les lignes !). De fait, le communiqué de presse annonçant l’ouverture du site ne précise pas comment l’Ordnance Survey va compenser sa perte de revenus.

Une initiative peu tournée vers le développement économique

La perte de revenus semble pourtant avoir été savamment calculée. Pour preuve, l’absence d’accès gratuit aux rasters correspondants aux cartes papiers de l’Ordnance Survey, histoire de ne pas tuer un marché traditionnel bien établi sur lequel l’organisme a la main haute. L’initiative britannique semble finalement bien plus tournée vers l’exigence de transparence grand public que vers le développement du secteur économique et ce sont les applications « citoyennes » qui sont mises en avant. Chacun pourra désormais cartographier les données générales démographiques, économiques, de santé, de délinquance...

Pour ces éditeurs, c’est l’accès facilité aux données à grande échelle et la mise en cohérence entre les organismes intervenants dans le domaine de la production de données géographiques (cadastre, poste, Ordnance Survey) qui favorisera le développement de ce secteur économique, pas le fait de « brader » des données aujourd’hui concurrencées.



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée