Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente



Le Conseil National de l’Information Géographique va devoir évoluer. Le décret de 1985 qui en définit les statuts doit être renouvelé en juin 2009. Pour préparer ce changement, un rapport a été rédigé par Jean Denègre et Kofi Yamgnane du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable évaluant le "rôle et les apports du Conseil national de l’information géographique et propositions d’évolution". Mais le décret qui se prépare semble être d’une teneur toute différente et suscite de nombreuses inquiétudes.

composition cnig

En apparence, ce projet semble bien prendre en compte la demande d’un CNIG plus fort, qui dépasse son simple rôle de consultation, puisque, son article 2 précise : “Le conseil est chargé d’éclairer, par ses avis, la politique de l’Etat dans le domaine de l’information géographique. Par ailleurs, il contribue à la définition de la politique nationale d’information géographique en favorisant la formation de consensus entre les parties prenantes. A ce titre, il émet des avis sur des projets de textes juridiques qui lui sont soumis par les ministres. Il formule des vœux et des recommandations. Il identifie des besoins nouveaux et propose les moyens à mettre en œuvre pour y répondre. Il suit l’évolution des actions menées. Il coordonne, dans le cadre de la directive INSPIRE, les contributions de tous ceux pour lesquels l’infrastructure nationale d’informations géographiques présente un intérêt.” Malheureusement, derrière cette louable déclaration, c’est bien la reprise en main du pilotage de l’information géographique par le ministère du Développement Durable s’appuyant sur son établissement IGN qui se profile, ce qui fait grincer pas mal de dents !

Une composition incomplète

En effet, la composition du CNIG présente quelques surprenantes absences : l’INSEE et la Direction générale des finances publiques (ancienne DGI, qui pilote le cadastre) ne sont plus membres de droit, un siège étant simplement réservé au ministère de l’Economie et un autre au ministère des Finances. Les collectivités ne sont pas mieux accueillies. Même si elles disposent désormais de sept sièges, ces derniers ne représentent que les grandes associations (maires, départements, région, communautés urbaines, grandes et petites villes et directeurs généraux), oubliant au passage l’Association des ingénieurs territoriaux (AITF) dont le groupe de travail SIG Topo est pourtant reconnu ! Quant aux services déconcentrés de l’Etat, eux non plus ne sont pas nommément représentés. Un représentant des entreprises du secteur est prévu, ainsi que des “utilisateurs finaux”. Il semblerait qu’a priori ce dernier poste échouerait à l’Afigéo, dont la mission et la représentation dépassent largement le cadre des usages. Les seuls "opérateurs de référence de l’Etat" à siéger par le biais de leurs directeurs généraux sont l’IGN et le Service Hydrologique et Océanographique de la Marine : une vision plus qu’étroite de la production de données en France.

Un pilotage vu de Saint-Mandé

Le bât blesse encore plus lorsque la question du pilotage du CNIG est abordée. Pas question de placer un élu comme président comme le proposait le rapport, mais bien directement le ministre du Développement Durable. Le Commissaire Général au Développement Durable, qui assure par ailleurs la tutelle de l’IGN, en sera le vice-président. Quant au secrétaire permanent, il sera nommé par le ministre (et non plus en interministériel) et son secrétariat "s’appuie sur les compétences, l’expertise et les moyens de l’IGN". Dans les textes, rien n’empêche l’IGN d’embaucher des experts dans d’autres ministères ou dans la société civile pour remplir les missions du CNIG au quotidien et assurer ainsi une large représentativité. Mais nul n’y croit, et ce sont bien des fonctionnaires de l’IGN qui vont ainsi avoir la charge du pilotage concret de l’information géographique et d’INSPIRE, sous la direction du Ministère du Développement Durable. Une situation intolérable pour les collectivités, qui ont l’impression que tout le travail qu’elles ont fourni au CNIG à la fois en tant que producteur et utilisateur (leurs représentants participent à de nombreuses commissions, toutes les associations d’élus se sont mobilisées autour d’INSPIRE à l’appel de l’AITF…) est ainsi nié. Sachant que le représentant au futur CNIG de l’Association des Maires de France n’est autre que le maire de Saint-Mandé, commune où sont situés les bâtiment de l’IGN, on comprend leur inquiétude sur l’indépendance de la structure ! A tel point qu’elles envisagent de créer un "conseil territorial de l’information géographique", laissant à l’Etat le soin de se piloter seul.

Et c’est bien le risque de cette proposition. Sous l’apparente prise de conscience de la nécessité d’une stratégie publique autour de l’information géographique, c’est une instance de pilotage de l’IGN qui se profile, à l’image du Conseil Supérieur de la Météo. Mais là où Météo France occupe une position réelle de monopole de la production de données de base, c’est loin d’être le cas de l’IGN. Et ce projet risque d’isoler encore plus l’Institut face aux autres producteurs. A l’heure d’INSPIRE, c’est plus que dommage !

Françoise de Blomac



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée