Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?



Le salon RFID, dédié aux puces électromagnétiques, s’est tenu à Paris les 21 et 22 novembre derniers. Des étiquettes qui équipent les produits de grande consommation aux boîtiers multi capteurs bien plus sophistiqués, la technologie RFID semble être un marché plus que prometteur. Alors que les acteurs explorent toutes sortes de domaines d’applications, certains misent déjà sur le « geofencing » et le couplage entre RFID et géolocalisation.

Geodis RFID
Les puces RFID sont déjà très présentes dans les métiers de la logistique. (document Geodis)

- Un marché au bord du démarrage

Les puces RFID (littéralement « identification par radio fréquence ») n’ont pas encore envahi notre vie quotidienne, mais elles sont devenues essentielles dans certains métiers comme la logistique. Ainsi, elles permettent d’assurer le suivi de containers, de palettes, de boîtes et paquets de toutes sortes. Force d’un secteur à peine émergent, toutes sortes de domaines sont explorés. Les puces RFID sont utilisées dans certains hôpitaux (identification de tous les équipements devant se trouver dans une salle d’opération, suivi des patients entrant aux urgences, suivi des échantillons pour les laboratoires d’analyses…), elles aident Air France à assurer un meilleur suivi des bagages sur certaines lignes et Marks & Spencers à optimiser ses inventaires. Chaque jour, des applications étonnantes sont annoncées et le sympathique lapin Nabaztag de la société Violet qui lit des histoires à vos enfants n’est que la partie émergée de l’iceberg des possibilités d’utilisation des puces RFID. Selon le cabinet d’études Frost & Sullivan le marché européen devrait atteindre 181,8 millions de dollars en 2013 contre 41 millions de dollars en 2006. Mais l’Europe reste un poids plume de ce domaine, bien plus actif aux Etats-Unis et en Asie du Sud-Est.

- Toutes sortes de puces

C’est parce qu’il existe plusieurs sortes de puces que des applications aussi variées peuvent être envisagées. Les étiquettes RFID des vêtements de Marks & Spencers n’ont pas grand chose à voir avec les boîtiers qui équipent des containers. Au plus « bas » de l’échelle, les puces passives ne disposent souvent que d’une faible capacité d’enregistrement (un simple identifiant) et doivent être lues par un lecteur assez proche (quelques centimètres à quelques dizaines de centimètres). Tout en haut, on trouve des puces actives (disposant de leur propre source d’énergie), qui peuvent avoir une mémoire bien plus importante, être réinscriptibles et signaler d’elles-mêmes leur présence à des capteurs plus éloignés.

JPEG - 58.7 ko
RFID toutes tailles

Les puces RFID peuvent se présenter sous des formes très différentes. (www.br-online.de)

- Identification et localisation

Bien des applications des puces RFID sont liées non seulement à l’identification des objets (voire des personnes), mais aussi à leur localisation. Savoir que c’est bien le container n°XV234 que j’ai en face de moi est une chose. Savoir qu’il vient de sortir du port à destination du terminal ferroviaire est plus important. Les puces elles-mêmes ne contiennent pas d’information de géolocalisation*. Cependant, à chaque identification, le gestionnaire connaît la localisation de la puce puisqu’il connaît celle du lecteur. Entre deux lectures, c’est le vide informatif, mais si le réseau des lecteurs est assez dense, une sorte de maillage géographique composé de points de passages se met en place. Le système peut fonctionner en sens inverse et le passage d’une puce à proximité d’un lecteur définissant une frontière autorisée, peut déclencher une alarme : c’est le geofencing, l’établissement de barrières virtuelles, comme en sortie de magasin ou dans un bâtiment sécurisé par exemple. Inutile d’avoir un système de localisation de type GPS dans un bâtiment ou une usine, mais sur de plus vastes territoires, le geofencing peut être complété utilement.

- Couplage GPS, GPRS… pourquoi pas ?

Certaines applications, qui ne sont encore qu’en phase de test, pourraient coupler l’utilisation des puces RFID à la localisation par GPS ou via le réseau téléphonique. Ainsi, Agrostar, la filiale informatique du groupe STEF-TFE envisage d’associer des puces RFID semi-actives (elles-mêmes couplées à des capteurs de température) à un boîtier GPS pour assurer un suivi sans faille des palettes de produits surgelés. Ainsi, le capteur de température enverrait toutes les x minutes une valeur à la puce RFID pour stockage, qui la renverrait au boîtier GPS de localisation. Celui-ci, par le biais du réseau GPRS relayerait à son tour cette même information au centre de contrôle. Si une palette se réchauffe anormalement, une alarme serait déclenchée alors même que le conducteur poursuit son trajet. La position du camion étant également connue, un véhicule de relais peut être envoyé rapidement… Nomadic Solution, qui fabrique un boîtier GPS vient d’ailleurs de signer un accord avec deux fabriquant de puces RFID actives, Ingecom et le groupe Lagassé. Ce dernier peut désormais coupler son propre boîtier RFID qui comprend une puce active reliée à trois capteurs (température, pression et mouvement) à un GPS de localisation. Ainsi, les objets transmettent eux-mêmes toutes sortes d’informations, même en déplacement, à des systèmes d’information accessibles par Internet. C’est ce que l’on commence à appeler l’Internet des objets, où les machines parlent aux machines, sans intervention humaine.

JPEG - 14.5 ko
A380-Novacom

Novacom Services a mis en place une solution de suivi et de traçabilité par GPS et RFID du transport des pièces de l’AIRBUS A380. Depuis les centres de fabrication situés en Allemagne, en Espagne, en France et au Royaume-Uni, les 6 pièces majeures de l’A380 ainsi que les pièces d’outillage associées sont suivies en temps réel sur l’ensemble du cycle de montage, transport, démontage et retour aux centres de fabrication.

- Et le SIG dans tout cela ?

Alors que nous ouvrions notre numéro de novembre sur la vision développée par Michael Goodchild à propos des « capteurs humains » et la géographie volontaire, voilà que se dessine une autre approche, où les machines répertorient et suivent à la trace toutes sortes d’objets, déclenchent elles-mêmes des alertes et, pourquoi pas, des actions à distance. La « vision » cartographique risque pourtant d’être, là aussi, bien utile pour trier rapidement ces nouvelles masses de données. Une piste à suivre de près, avec ou sans GPS…

* Quoique ! L’ordre des géomètres envisage d’utiliser dans le futur des bornes actives, qui contiendraient une puce RFID permettant de stocker certaines métadonnées bien utiles (qui a placé la borne ? quand ? n° de dossier etc., ainsi que les coordonnées GPS officielles de la borne).



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée