Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même



Grâce aux smartphones, les applications qui génèrent de l’information collective se multiplient. Certaines sont désormais très populaires telles que Coyotte ou Avertinoo, d’autres ne manquent pas d’ambition lors de leur lancement comme Netatmo. Le secret de la réussite de ces nouvelles formes de crowdsourcing ? Un bon équilibre entre les bénéfices personnels et collectifs.

Netatmo a été lancé fin août dans une trentaine de pays. Développé en France par une jeune entreprise qui compte aujourd’hui douze personnes, le produit est le fruit de deux ans de recherche et développement. Va-t-il construire un nouveau réseau de stations météo ? Pour cela, il faudra atteindre une masse critique d’utilisateurs. (© Masaki Okumura)

Ma petite station météo

«  La station météo Netatmo et son App permettent de mesurer les conditions météo et la qualité de l’air de son lieu de vie. De précieuses informations pour améliorer son bien-être à la maison ou au bureau et adapter ses activités extérieures. Un objet intelligent pour un bénéfice individuel et collectif : grâce à sa connexion Internet, ce produit innovant ambitionne de créer le plus grand réseau de capteurs météorologiques jamais mis en œuvre. » Voilà un parfait résumé de ce qui fait le succès de certaines applications collaboratives. Alors que la montre verte n’a jamais franchi le cap industriel, Netatmo mise sur le bénéfice personnel pour construire son réseau collectif. Cette station météo personnelle, reliée à un smartphone, vous permet de connaître à chaque instant votre situation personnelle. Voilà pour le bénéfice immédiat. La participation à un réseau de contributeurs qui va générer « une ressource pour la recherche climatique mondiale  » est un plus, qui place l’expérience personnelle dans une perspective plus large, au service de la planète. Même si aujourd’hui cet aspect communautaire n’est qu’une « promesse » de l’aveu même de Frédéric Potter, fondateur de l’entreprise, il est important de le mentionner dès le lancement du produit. Pour l’instant, les utilisateurs peuvent juste choisir de rendre leur station publique ou pas. Aucune application n’est encore développée pour exploiter les données de façon globale.

Éviter les « problèmes » sur la route

L’aspect communautaire est au cœur même de produits comme Coyotte ou Avertinoo, ces anciens détecteurs de radar devenus assistants d’aide à la conduite. 1,7 million d’utilisateurs des boîtiers Coyotte, 700 000 utilisateurs de l’application Avertinoo sur iPhone : ces assistants sont de vrais succès. Ici, le produit n’est intéressant que par son aspect communautaire. Il faut des « ouvreurs » en nombre pour signaler les zones de danger (travaux, accidents, bouchons, radars mobiles…), et rendre ainsi service aux « suiveurs », qui peuvent être ouvreurs à leur tour. Et là encore, l’argument communautaire se pare de toutes les vertus, notamment celle de contribuer à la sécurité routière. Ayant désormais atteint une masse critique d’utilisateurs suffisants, ils peuvent fonctionner à plein.

Ainsi, des réseaux de « citoyens capteurs » sont bien en train d’émerger, et pas que dans les laboratoires de recherche ou aux États-Unis. Ils utilisent la géolocalisation sans qu’elle soit particulièrement mise en avant. À travers des services précis et simples, aux bénéfices personnels évidents, des bases de données géographiques riches d’enseignements sont en train de se construire. Qui les exploitera ? La question reste ouverte !

Avertinoo : Comment ça marche ? Quand un utilisateur signale un événement sur Avertinoo (deux boutons suffisent, pour limiter l’interaction avec le smartphone), celui-ci est transmis via la connexion data à un serveur. L’alerte est alors répercutée aux autres détenteurs de l’application dans le secteur pendant deux heures. C’est à eux de confirmer ou d’infirmer l’information. Dès qu’une information n’est pas confirmée par deux suiveurs, elle est supprimée. Une méthode simple qui permet de gérer aussi bien les signalements abusifs que ceux qui ont une faible durée de vie (accident par exemple), mais qui demandent une implication constante des utilisateurs.



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée