" />
Le mensuel de référence des Systèmes d´Information Géographique SIG la lettre
Documents > A la Une sur SIG la Lettre >

Cet hiver, prenez le large !



"L’âge d’or des cartes marines", c’est un peu l’exposition dont rêve tout amoureux des cartes. Entre technique et esthétique, entre histoire et géographie, entre imaginaire et science, entre cartes et tableaux… Ce parcours exceptionnel retrace les débuts d’un art dont les géomaticiens sont tous les héritiers, même lointains.

Elles sont vieilles, elles sont fausses, certaines sont un peu trouées et les textes y sont à peine lisibles, mais elles sont exceptionnelles et à ne pas rater ! Les quelque deux cents documents (dont quatre-vingts portulans) de l’exposition « L’âge d’or des cartes marines » constituent un patrimoine exceptionnel, ouvert à tous les regards pour quelques semaines.

Trois siècles d’histoire et de géographie

Et c’est là le premier intérêt de cette belle exposition. Profitez-en bien, car vous ne le reverrez sans doute jamais, même si la plupart des cartes présentées rejoindront simplement les magasins de la BNF et sont d’ores et déjà disponibles dans Gallica (http://gallica.bnf.fr/) sous forme scannée. Car elles représentent toutes les écoles de cartographie : portugaise, hollandaise, espagnole, italienne, française, anglaise… Les rassembler, c’est donner à voir trois siècles d’histoire, ce qui nécessite une scénographie savamment étudiée et pose quelques problèmes très concrets. « L’un des premiers défis de cette exposition a été matériel, rappelle Jean-Yves Sarrazin, directeur du département des cartes et plans, car il a fallu trouver le moyen de présenter verticalement des parchemins, certains très anciens dont la plupart ont été conçus pour être manipulés à plat. » Documents exceptionnels, uniques, jamais rassemblés dans une exposition.

Carte marine de la mer Égée par Alvise Gramolin, Venise, 1624. Manuscrit enluminé sur parchemin, 107 x 65 cm (BnF, département des Cartes et Plans), CPL GE B-550 (RES) L’archipel grec, parcouru en tous sens par les marins depuis des milliers d’années, espace maritime âprement disputé, a souvent bénéficié d’un traitement privilégié dans la cartographie marine. Tentes et écus aux croissants de lune soulignent la domination ottomane ; la croix de l’île de Rhodes et la vue de Troie, en Asie mineure, suggèrent l’histoire antérieure de la région.

Les limites du monde connu sans cesse repoussées

Impossible ensuite en quelques lignes de rendre compte de l’intérêt des cartes présentées. Chacun se fera son parcours. Mais, si vous êtes attentifs, vous y verrez la première représentation connue d’un bout de la côte australienne, d’un rhinocéros, le parcours au crayon d’un bateau, l’apparition progressive de l’Amérique et la difficulté à représenter un monde que l’on savait rond, mais dont on était incapable de mesurer les longitudes. Le visiteur averti y trouvera aussi matière à réflexion. Pourquoi est-on passé au début du XIIIe siècle de l’instruction nautique sous forme de textes à la carte maritime graphique ? Comment des cartographes qui restaient au port ont-ils reporté les notes des navigateurs ? Comment certaines cartes se sont-elles enrichies progressivement par mises à jour d’une matrice initiative ? Ces cartes étaient-elles réellement des aides à la navigation malgré leurs inexactitudes ? Comment ont-elles concilié vision politique du monde et incertitudes liées à l’exploration ?

Mais ne craignez rien, ce patrimoine exceptionnel est aussi magnifiquement mis en scène, pour le plaisir des petits comme des plus grands, qu’ils soient ou non cartographes. À visiter absolument !

- « L’âge d’or des cartes marines. Quand l’Europe découvrait le monde » jusqu’au 27 janvier, Bibliothèque nationale de France, grande galerie, site François Mitterrand. (exposition virtuelle sur http://expositions.bnf.fr/marine/)



Toutes les Unes du mois :
  •   SIG La Lettre devient DécryptaGéo
  •   L’open data ? Un truc de brigands !
  •   OSM met la gomme
  •   Les smartphones ignorent la crise
  •   GeoRezo : de l’Erika au cap des 200 000 messages
  •   SIG La Lettre, vous en pensez quoi ?
  •   L’impossibilité d’une île
  •   Cet hiver, prenez le large !
  •   Crowdsourcing bien ordonné commence par soi-même
  •   Open data et géomaticiens : « je t’aime, moi non plus »
  •   Quand les Français s’intéressent à la géographie électorale
  •   Comment tirer le meilleur parti de vos données géographiques ?
  •   Rencontres 2012 : succès confirmé !
  •   Rencontres 2012 : un menu de choix
  •   La France en relief ? Une histoire vieille de 400 ans !
  •   Janvier 2012 : 2012 : année de la convergence parcellaire ?
  •   Décembre 2011 : www.data.gouv.fr, c’est parti !
  •   Novembre 2011 : Mais que reste-il de nos campagnes ?
  •   Octobre 2011 : Le coût d’une tuile
  •   Septembre 2011 : Les IDG régionales auraient-elles pris le pouvoir ?
  •   1er juillet 2011 : Découvrez GIS & Geomatics Intelligence
  •   Juin 2011 : Rencontres SIG La Lettre : un temps pour s’interroger
  •   Mai 2011 : Google crée le buzz à Where 2.0
  •   Avril 2011 : Mobilisation cartographique autour du séisme de Sendai
  •   Mars 2011 : Adresses et numéros de parcelles : le décret qui précise
  •   Février 2011 : Un nouveau CNIG très inspiré
  •   Janvier 2011 : La prochaine décennie sera-t-elle géolocalisée ?
  •   Décembre 2010 : Il était une fois la révolution
  •   Novembre 2010 : INSPIRE transposée
  •   octobre 2010 : L’État donne de nouveaux objectifs à l’IGN
  •   septembre 2010 : Je suis ici !
  •   Juin 2010 : Mais où sont les boîtes noires ?
  •   Mai 2010 : Un deuxième rendez-vous réussi !
  •   Avril 2010 : Données Ordnance Survey gratuites, c’est parti !
  •   Mars 2010 : Trois IDG à l’épreuve de Xynthia
  •   Février 2010 : Haïti : géomobilisation d’un nouveau genre !
  •   Janvier 2010 : Quand les globes virtuels descendent dans la rue
  •   Décembre 2009 : Messieurs les anglais, tirez les premiers
  •   Novembre 2009 : Quand Google innove… ça peut faire mal !
  •   Galileo : des chiffres qui laissent rêveur
  •   La réalité augmentée débarque
  •   RGE gratuit pour les collectivités : rien n’est moins sûr
  •   Mai 2009 : Un Cartocrime, pas si Net ?
  •   Pari réussi pour les premières Rencontres SIG La Lettre
  •   La relance en cartes et plans
  •   Mars 09 : 12 au 14 mai : rencontrons-nous !
  •   Février 2009 : De Lothar à Klaus : l’information géographique progresse
  •   Janvier 2009 : Crisis, what crisis ?
  •   Décembre 2008 : le CNIG dans la tourmente
  •   Novembre 2008 : Carto en rouge et bleu pour un président noir
  •   Octobre 2008 : Dix ans déjà !
  •   septembre 2008 : Beau palmarès aux jeux géolympiques
  •   Juin 2008 : Assises du numérique : faites entendre votre voix
  •   Mai 2008 : No frontiers !
  •   Avril 2008 : Les Géo-Grenelle récompensent la lutte contre les pesticides
  •   Mars 2008 : Géo-Evénement a 20 ans
  •   février 2008 : Le cadastre s’affiche
  •   Janvier 2008 : INSPIRE, l’heure de la mobilisation générale a sonné
  •   Décembre 2007 : RFID, GPS… bientôt un mariage de puces ?
  •   Novembre 2007 : Vers une géographie volontaire ?
  •   Octobre 2007 : Pas d’enquête sur le recensement
  •   Septembre 2007 : Grandes manœuvres mobiles aux Pays-Bas
  •   Juin 2007 : Galileo sortira-t-il de son trou noir ?
  •   Mai 2007 : Elections : des cartes mais peu d’analyses
  •   Avril 2007 : Géo-Evénement, ça se discute !
  •   Mars 2007 : Rendez-vous à Géo-Evénement 2007
  •   Février 2007 : La publicité localisée, c’est pas fini !
  •   Janvier 2007 : Les régions sont dynamiques
  •   Décembre 2006 : INSPIRE, c’est parti !
  •   Novembre 2006 : Les "idéos" de l’IGN
  •   Octobre 2006 : Libérez les données !
  •   septembre 2006 : Géoportail : lancement réussi mais démarrage laborieux
  •   23 juin 2006 Lancement officiel du géoportail
  •   Juin 2006 : Recherche tour de contrôle, désespérément
  •   Mai 2006 : Edito - Nouveau site SIG La Lettre
  •   Géo-Evénement 2006 : parcours choisi
  •   Mars 2006 : Maquette virtuelle 3D, du gadget à l’outil
  • Recherche personnalisée